Adresse

 

Mairie
27 rue Aristide Briand
44330 La Chapelle-Heulin

02 40 06 74 05   02 40 06 72 01

 

 

Recherche

Bulletin accueil

 

Bulletin municipal de janvier 2017
 

 
Histoire
Imprimer cette page G´nérer un fil RSS pour cette page Partager
 

Fondation de la Chapelle-Heulin

La Chapelle-Heulin apparaît dans les archives en 1130 lorsque le seigneur de Goulaine « rend » l’église aux moines de Vertou. La paroisse existe depuis quelques années. Son fondateur, le seigneur Heulin est peut-être Hoël comte de Nantes et duc de Bretagne au XIème siècle.


Le temps des seigneurs

La paroisse reste sous la dépendance du monastère de Vertou et du seigneur de Goulaine jusqu’à la Révolution. Les seigneurs du Pallet, les Acigné, les de Sévigné, les de Bruc... possèdent également des biens importants et des droits seigneuriaux. A partir du XVIème siècle des négociants nantais, les Giraud, Cottineau... achètent de beaux domaines.


Naissance du vignoble

Dès le XIème siècle des textes montrent l’extension de la culture de la vigne. Le commerce nantais consomme beaucoup d’eau de vie. Après le terrible hiver de 1709 un vin de qualité, le muscadet, se développe. La vigne est la principale ressource du pays. De nombreux tonneliers-marchands de vin étendent leur commerce.


Révolution de 1789

La convocation des Etats-Généraux en 1789 soulève de grands espoirs. Les Heulinois approuvent l’abolition des privilèges, à l’exception de ceux de la Bretagne qui leur permettent de payer moins d’impôts... Ils désignent leur recteur, Pierre Marchand comme Maire.


Révolte Vendéenne de 1793

Les débats deviennent houleux en 1791 lorsque le recteur-maire refuse de prêter serment. Le clergé est expulsé et le pouvoir confisqué par les « patriotes ». La révolte explose le 10 mars 1793 et prend le contrôle du pays. Les républicains sont désarmés. Un jeune officier, Michel de Bruc de Livernière prend la tête des insurgés.


Le passage des "colonnes infernales"

 

Après la bataille de Cholet, l’armée reprend le contrôle du pays, pourchasse les « brigands », comme André Ripoche, détruit les villages suspects. La population doit se cacher pour échapper aux massacres. Le pays est en ruine, mais l’insurrection menace toujours les républicains


La reconstruction

 

Napoléon ramène le calme et désarme la population. Il faut une vingtaine d’années pour reconstruire et retrouver la prospérité. Les routes et les ponts sont mis en chantier et permettent un service régulier de diligences. Le four à chaux du Montru est actif entre 1825 et 1854. Les écoles, la distribution du courrier sont mis en place.


Les combats de la République

 

Depuis 1871 les élections sont libres et les Républicains radicaux jouent un rôle croissant dans la municipalité qu’ils dirigent de 1908 à 1929. De son côté, le clergé exalte le souvenir vendéen. La lutte culmine entre 1923 et 1927 à propos d’une bascule entre la cure et l’église.


La viticulture moderne

Au coeur de la zone d’appellation Sèvre-et-Maine, le muscadet bénéficie d’excellents terroirs. La disparition de la polyculture et de l’élevage modifie les paysages. D’importantes maisons de négoce étendent la réputation de nos vins dans l’Ouest et la région parisienne, avant de partir à la conquête des marchés étrangers.


L'arrivée d'une population moderne

Après la dernière guerre la population recommence à croître. De plus en plus de citadins sont attirés par le charme de cette campagne entre vignoble et marais. Ils y trouvent à proximité de Nantes des terrains moins chers que dans l’agglomération. La Chapelle-Heulin devient une commune péri-urbaine.


en savoir plus...

Pour en savoir plus, retrouvez les dessins de Michel Bassompierre et les textes de Jean-Pierre Maillard dans « De pampres et de brumes, Histoire de la Chapelle-Heulin des origines à nos jours », Editions Séquences.